Retirer un aliment bloqué dans la gorge sans s’étouffer

35 Likes comments off

Lors d’un repas, une situation alarmante peut survenir : un morceau d’aliment se loge dans la gorge, menaçant d’obstruer les voies respiratoires. Cette circonstance nécessite une réaction immédiate et adéquate pour éviter l’asphyxie. La méthode la plus courante pour y remédier est la manœuvre de Heimlich, un geste de premier secours qui peut être effectué par soi-même ou par une autre personne. Toutefois, il faut connaître d’autres astuces et mesures préventives pour gérer efficacement de telles urgences, en gardant le calme et en appliquant la procédure adaptée à la situation.

Les premiers gestes pour désobstruer les voies respiratoires

Comment réagir face à un aliment coincé dans la gorge lorsque l’on peut encore respirer ? Face à une telle situation, la promptitude d’action est fondamentale. Les claques dorsales sont une première approche : la personne concernée doit se pencher vers l’avant, permettant ainsi à la gravité de contribuer à l’expulsion du corps étranger. Cinq claques vigoureuses entre les omoplates, avec le plat de la main, peuvent suffire à oublier l’obstacle.

Si cette technique ne donne pas de résultat et que l’obstruction des voies respiratoires persiste, la manœuvre de Heimlich doit être envisagée. Ce geste consiste à se positionner derrière la victime, à lui entourer la taille avec les soutiens-gorge et à exercer une série de compressions abdominales rapides et ascendantes, juste au-dessus du nombril. L’objectif est de créer une pression soudaine dans la cage thoracique, pouvant expulser l’aliment.

Pour les nourrissons, la manœuvre de Mofenson spécifique s’applique : l’enfant est placé à plat ventre sur l’avant-bras du sauveteur, tête plus basse que le corps, pour ensuite recevoir des claques dorsales, suivies de pressions thoraciques si nécessaire . Cette alternance est recommandée pour éviter les conséquences graves d’une fausse route alimentaire , pouvant mener à l’ étouffement .

Quand et comment solliciter de l’aide médicale d’urgence

Dans l’éventualité où les gestes de premiers secours ne parviendront pas à dégager l’ aliment coincé, ou si la personne présente des difficultés répétées à avaler, nommées dysphagie , il faut contacter immédiatement les secours . Le SAMU ou les pompiers , accessibles via le 15 ou le 112, sont habilités à intervenir en cas d’ étouffement ou de suspicion de corps étranger dans les voies respiratoires. Une prise en charge médicale d’urgence est nécessaire pour éviter des complications telles qu’une pneumopathie , résultant d’une fausse route avec un corps étranger.

La déglutition , ce processus complexe d’ingestion, peut être entraînée par diverses pathologies ou conditions. L’ orthophoniste intervient alors comme un maillon essentiel dans le traitement de la dysphagie et la prévention des fausses-routes . Ces professionnels de santé élaborent des stratégies adaptées pour sécuriser l’acte de manger et réduire les risques d’accident.

La prévention, en matière de santé, est toujours le rempart le plus efficace. Les mesures alimentaires et comportementales forment la base de la prévention des fausses-routes , diminuant la probabilité de se retrouver dans une situation d’urgence. Apprenez à reconnaître les signes de détresse respiratoire et à agir avec discernement, car chaque seconde compte face à l’obstruction des voies respiratoires .

Les mesures préventives pour éviter l’étouffement

Une prévention efficace est essentielle pour réduire le risque d’étouffement lors des repas. Une mastication adéquate et consciencieuse est la première étape pour éviter que des morceaux d’aliments ne coïncident dans la gorge. Il est conseillé de manger lentement et de bien couper les aliments en petites portions, particulièrement pour les enfants et les personnes âgées, qui sont plus susceptibles de s’étouffer. De plus, il est important d’éviter de parler ou de rire tout en mangeant, car cela peut faciliter l’inhalation accidentelle d’aliments. La surveillance des enfants pendant les repas est cruciale, car ils peuvent être tentés de mettre des objets non alimentaires dans leur bouche, augmentant ainsi le risque d’étouffement.

Enfin, être conscient des aliments à haut risque, comme les cacahuètes, les raisins secs et les morceaux de viande, peut aider à prévenir les situations dangereuses. Adopter ces mesures préventives simples peut grandement contribuer à éviter les urgences liées à l’étouffement.

Tu pourrais aimer

A propos de l auteur: